Les grands hommes, ces nains

Belle recension du Roi des chats par Olivier Maulin, qui rappelle combien Stephen Vincent Benét, oublié des radars malgré deux prix Pulitzer, fut un visionnaire, et de son temps et pour nos temps actuels. Les nouvelles rassemblées par David Vincent pour L’Éveilleur sont autant de jeux de l’esprit que des confrontations avec l’éternelle absurdité de l’âme humaine.

article-Benet-Valeurs-actuelles

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s