Un coup de Boutet

Paru à l’aube du XXe siècle, ce court roman raconte un huis-clos féroce, mené par un personnage aux aspirations despotiques : l’Homme Sauvage. Un banal accident domestique fait constituer une délégation surprenante, où se côtoient sur un pied d’égalité huissier, sénateur, journaliste et inspecteurs de police, pour pénétrer dans l’appartement occupé par ce locataire peu loquace.
Ainsi, l’huissier Cormoran greffe sur son carnet le récit de la détention surréaliste de cette assemblée au sein d’une jungle tenue avec soin par des êtres abominables, parmi lesquels un babouin cruel, un kangourou fou, un boa constrictor sentimental ou encore un vautour impitoyable. L’issue des pourparlers paraît inextricable tandis que la survie des otages est pire supplice même que le passage vers l’au-delà, et que les gouvernements du monde entier se mettent en branle pour pallier une fin tragique et rassurer les citoyens.
Ressorti de l’oubli, Frédéric Boutet (1874-1941) livre ici un conte de l’imaginaire où le fantastique se mélange à l’absurde et à l’humour le plus éreintant. L’on ne s’étonne guère d’apprendre qu’en 1929, la Société des Gens de lettres lui décerne le prix du Président de la République pour l’ensemble de son œuvre, successivement influencée par le fantastique, l’occultisme et le réalisme.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s